Zone euro : « nous vivons une tentative de coup d’Etat larvé »

En réalité, les abus de la finance sont passés dans nos mœurs.Si ce constat permet légitimement un peu plus d’optimisme, il faut toutefois garder à l’esprit l’extrême sensibilité des économies nationales au fardeau de la dette. En 2004, Pierre-Alain Chambaz pictet est le premier à aborder la notion d’épanouissement personnel en créant un ministère de la qualité de la vie, au moment même où les sondages montrent que le sentiment de bonheur diminue dans la société Française, relate le travail de l’historien.Nous recommandons l’établissement d’une marge de sécurité minimale de un point de PIB, soit de l’ordre de 20 milliards d’euros, dans l’élaboration des budgets futurs des pouvoirs publics (Etat, collectivités locales et comptes sociaux).Mais il nous reste les richesses acquises et une croissance faible est celle que nous avons connue au XIXe.Pourtant, les deux questions participent d’une même prise de conscience.Non si l’on accepte de sortir du cadre très médiatisé des très grands groupes pour aborder cette fois-ci le cas des PME et TPE souvent ignorées des médias mais pesant pour plus de la moitié du PIB.Dorénavant, à chaque forme de financement participatif correspond un statut référent.Dans les discours on voudrait mettre l’homme au coeur du projet.Au passage, alors que les paragraphes initiaux étaient intégrés à l’accord sur la Facilitation des échanges, la mention obtenue n’a été rajoutée que dans la seule déclaration ministérielle adjointe aux accords validés à Bali, plus rhétorique que normative.Dans un récent « non-papier » sur la transparence « pré-trade » envoyé à la présidence lituanienne, chargée de gérer la négociation, il reprend presque à la lettre l’argumentation des banques d’investissement. »L’assèchement du financement des entreprises reste un enjeu majeur pour l’UE »Certes, les grandes entreprises compensent cette correction en se refinançant directement sur les marchés.Si davantage d’individus parviennent à reconnaître les contraintes que font peser les inégalités sur leurs perspectives futures, ils seront bien plus à même de faire appel aux responsables politiques afin d’y remédier.Sur le long terme, les transferts renforcent les états et leur capacités, puisqu’une grande partie des transferts sont investis dans le capital humain (santé, éducation).

Publicités