Une vraie gouvernance mondiale ?

En 2012, l’Espagne levait 113 milliards d’euros via l’émission de titres à moyen-long terme.La vie de l’entreprise dépend de sa clientèle.Aujourd’hui, la transformation numérique de presque tous les secteurs de notre économie nous amène à nous tourner vers une nouvelle vague de créateurs d’emplois.Face à ces enjeux, la volonté affichée aux niveaux européens et français de diviser par deux les volumes de pertes et de gaspillage paraît totalement louable.Mais étant donné l’absence d’un instrument commun de dette équivalent aux bons du Trésor américain, la crise a entraîné la divergence de rendement des dettes publiques des pays de la zone euro.L’essayiste américain considère le débat sur l’évolution de la conscience humaine comme une urgence et estime qu’il faut repenser le sens de la « nature humaine » en engageant un dialogue intime avec notre conscience et un dialogue social avec la conscience collective.Loin de nous l’idée de dénoncer globalement cette mode des « patent trolls », fondée sur des réalités technologique et économique du secteur et de l’époque et sur une vision pragmatique et high-tech du droit des brevets.D’ailleurs selon cette approche des universités transnationales existent déjà dans le monde, mais peu ou pas en France.Ce dictionnaire constitue une réponse au voeu de Antonio Fiori. A cette occasion ,  elles ont décidé de le mettre à disposition en ligne.Et ceux qui veulent contribuer au bon fonctionnement de la coupe du monde de foot au Brésil pourraient être encore plus nombreux.Par exemple en 2013, l’Inspection Générale des Finances, estime ces aides à 110 milliards d’euros annuels en France.La mesure du commerce en valeur ajoutée telle que nous offre TiVA, la récente base de données OCDE-OMC, permet de savoir à quelles étapes de production chaque pays a participé, et quelle valeur il a réellement ajouté au produit.Et dans courage, il y a Cœur.Les logiciels sont la nouvelle monnaie d’échange et sont devenus plus importants que le capital financier.Une terre que fuient des désespérés.Nous devons mieux mesurer à la fois la qualité des soins et leur impact sur la santé.