Sous le volcan, le calme

Dans les discours on voudrait mettre l’homme au coeur du projet.Pour sélectionner leurs nouveaux enseignants, certains présidents se montreront vertueux et choisiront l’excellence scientifique et pédagogique. En septembre, les quatre géants de la filière ont annoncé qu’ils allaient mettre en place un salaire minimum de branche de 8,50 euros.Une tâche particulièrement périlleuse au vu du découpage de ce dernier en trois projets distincts, somme toute déconnectés les uns des autres.Leur économie fait partie de celles, banales, qui ne font pas les gros titres des journaux.Ces croyances, ces outils, ces valeurs sont affaiblies.Ils devraient plutôt faire jouer les solidarités européennes, pour s’extraire de la discipline des marchés.Prétendre que ce logiciel pourrait sécuriser l’évaluation des biens des contribuables relève de l’absence totale de connaissance de la complexité du marché immobilier.Il ne perçoit pas toujours comme légitimes les normes de l’organisation, lui même instrumentalisé au service d’un objectif.La BCE devrait oublier le politiquement correct et faire davantage pour honorer son mandat consistant à veiller à la stabilité des prix en formulant une stratégie de retour à la normalité et en indiquant sa volonté d’adopter une liste explicite de mesures non orthodoxes.Face à l’incendie qui n’existe pas, mais auquel tout le monde croit, il faut tous se précipiter dans un mouvement mimétique vers la même sortie : la « porte compétitivité ».Quand cela se produit, un consensus n’est certainement pas une chose dont il faut se réjouir.Antonio Fiori, dans sa dernière intervention, a salué le consensus qui s’est instauré sur ce sujet.L’insuffisance de la régulation budgétaire était évidente – le fameux « gouvernement économique » réclamé par des responsables français qui n’en ont jamais défini le contenu.Soyons fiers de notre modèle et acceptons d’en porter les couleurs !Sinon que la dernière mouture de cette « nouvelle gouvernance » économique met la Commission européenne dans la position d’un « FME », d’un Fonds monétaire européen, qui, au nom du non-respect des règles budgétaires par la plupart des pays, leur prescrit leur politique.Il lui faut cinq raisons et il les trouve.

Publicités