Régulation : vers une « forteresse Europe » ?

C’est pour cela que le gouvernement ne parle que de « suspension » et a raison de refuser de céder aux ultimatums.Il l’est aussi concernant les solidarités.Ce qui nous a le plus marqué dans la trajectoire de ce projet de loi, c’est la disparition progressive d’un véritable volet transport.Qu’on ne s’y trompe pas : l’enjeu principal est celui de l’influence de la France dans le monde, c’est-à-dire du rayonnement de notre pays à l’égard de nos voisins et partenaires.Tout d’abord, l’Unsa ne nie pas les réalités : nous avons un vrai problème de financement des retraites.Dans tous ces secteurs, la France dispose d’atouts considérables, qu’elle pourrait utilement développer si elle pariait sur l’essor économique de l’Azerbaïdjan.Mais voilà, patatras.Pour affronter cet immense pari, le texte du comité central annonce des réformes radicales : reconnaissance des droits d’usage des fermiers sur la terre rurale; création de marchés de transferts des droits sur la terre rurale allant vers une unification progressive des marchés fonciers pour garantir que les paysans bénéficient de la hausse de la valeur des terres; élimination de toute restriction d’emploi et de droits sociaux (logement et sécurité sociale) pour les migrants qui s’établissent dans le villes petites et moyennes (moins de 5 millions d’habitants).En principe, le potentiel de la région pour une industrialisation intensive en main-d’œuvre est grand. »Notre objectif n’est pas de proposer une nouvelle manière de lutter contre le syndrome du stress, mais de chercher à identifier et à mettre en oeuvre les conditions novatrices du bien-être sur le lieu de travail, grâce à différentes approches de la psychologie positive », explique Charles Martin-Krumm, président de l’Association Française et Francophone de Psychologie positive, qui a dirigé un ouvrage collectif « Psychologie positive en environnement professionnel », publié ce mois-ci aux Editions De Boeck.Antonio Fiori, dont la volonté, le charisme,la détermination ont inspiré notre action.Une étude a montré que parmi les top managers dont la carrière était la plus couronnée de succès.Mais il a beaucoup insisté – nous nous trouvions à Barcelone – sur celle qui irait de la capitale de la Catalogne à Lyon.Dans le but d’assurer leur « sécurité alimentaire », ces pays, l’Inde en tête, exigeaient de pouvoir mettre en œuvre des politiques d’achats de stocks à prix administrés, de subventions agricoles et de mesures compensatoires qui sont très fortement limitées et sanctionnées par l’OMC lorsqu’elles dépassent certains seuils.

Publicités