Quand maman et papa travaillent

L’enten­dement serait tombé du ciel avec sa forme, comme nous naissons chacun avec notre visage.Tel d’entre eux entretiendra un commerce quotidien avec un personnage imaginaire dont il vous indiquera le nom, dont il vous rapportera les impressions sur chacun des incidents de la journée.Son but est d’arriver à remplir presque de plaisir les instants les plus ternes de la vie, c’est-à-dire ceux où nous nous reposons de l’action : il est la grande consolation de l’oisif.Mais cette influence ne s’exercerait avec efficacité que si elle pouvait être seule.Simplement une tache colorée, dont nous savons bien qu’elle se réduit, en elle-même, à une série d’oscillations extrêmement rapides.La Tunisie dispose d’une classe moyenne riche de talents, d’un maillage de sociétés industrielles compétitives complémentaire de celui de l’Europe.De sorte qu’on peut toujours se demander si c’est bien l’habitude acquise par le soma de l’individu qui s’est transmise, ou si ce ne serait pas plutôt une aptitude naturelle, antérieure à l’habitude contractée : cette aptitude serait restée inhérente au germen que l’individu porte en lui, comme elle était déjà inhérente à l’individu et par conséquent à son germe.Le premier mouvement de la science moderne devait donc être de chercher si l’on ne pourrait pas substituer aux phénomènes de l’esprit certains phénomènes qui en fussent les équivalents et qui seraient mesurables.Grâce à un certain nombre de femmes et d’hommes engagés qui ont conduit à la loi sur la parité, toutes les villes vont afficher des listes paritaires.On va changer la seule mesure qui était simple, a affirmé Christian Navlet.Il est aisé de voir, en effet, que le quiproquo théâtral n’est que le cas particulier d’un phénomène plus général, l’interférence des séries indépendantes, et que d’ailleurs le quiproquo n’est pas risible par lui-même, mais seulement comme signe d’une interférence de séries.Des initiatives pionnièresA cet égard, il faut souligner le rôle de catalyseur joué par des initiatives pionnières comme celle de Casablanca Finance City (CFC) visant à faire de la capitale économique et financière marocaine un hub et un centre d’expertise pour faciliter l’investissement dans la grande région qui va de l’Afrique du Nord (voire des pétromonarchies du Golfe) jusqu’à l’Afrique centrale, en passant par l’Afrique de l’Ouest.