Pourquoi j’ai cessé de m’inquiéter

Saluons l’initiative de la Banque Publique d’Investissement pour étendre sa boîte à outils pour accompagner la croissance des entreprises.L’excédent du compte courant de la Suède a excédé le montant énorme de 7% du PIB en moyenne au cours de la dernière décennie ; celui de l’Allemagne a été en moyenne de près de 6% durant la même période.Il est temps de prendre – enfin – le taureau par les cornes et de mettre à plat l’ensemble des chantiers nécessaires à la construction d’une nouvelle gouvernance mondiale que je viens d’esquisser.Les plaignants qui ont dénoncé un détournement des lois sur le détachement des travailleurs par l’Allemagne reconnaissent qu’ils n’avaient aucune envie que la Commission européenne tranche leur cas.Pour la plupart d’entre eux, il s’agit d’ailleurs de « petits » prêts aux PME.De plus, dans les pays où il existe un SMIC national, apparaît la problématique du coût du travail pour lequel des aides publiques sont réservées aux entreprises.L’économiste et chef d’entreprise, ne dit pas autre chose : « Dans un monde où la concurrence mondiale s’exacerbe, l’Europe et les pays du Sud sont confrontés au défi de leur marginalisation.La différence est cependant de taille avec la tradition francophobe des tabloïds anglais.En outre, les services tels que la logistique, la communication ou le marketing, jouent un rôle clé dans le commerce international, que ce soit en amont ou en aval des chaines de valeur.Ces secteurs sont, jusqu’en 2017, protégés avec la bénédiction étatique par des bas salaires.Si la politique volontariste de l’Etat français dans ce domaine peut expliquer en partie ce résultat, on constate que les autres pays interrogés partagent ce point de vue dans des proportions similaires.identité numérique et e-réputation n’est plus le « dépositaire par défaut » de cette définition , qui relève désormais des AOT, régionales comme nationale.Ce qui reviendrait d’ailleurs à la négation de l’autre.Bien sûr des lois et procédures sont nécessaires pour lutter contre le terrorisme et le prévenir.De plus, on continue d’opposer les hôpitaux publics et privés, alors que la vraie question est celle de la contribution des uns ou des autres au niveau de santé publique : pour la formation, la recherche et les cas complexes, le public sera difficile à battre, et il doit être rémunéré correctement.