Pas d’outil mondial de régulation

Pas de décision stratégique sans contrôle de l’EtatAutant dire que toutes les décisions d’investissement stratégiques resteront soumises au contrôle de l’Etat, la fin des autorisations ne concernant que les investissements à impact local.Si ce n’est que les économies touchées par l’austérité se rétablissent à un rythme d’une lenteur extrême, et qu’elles ne reviennent jamais à leur niveau d’avant, d’avant la crise.Comme vient de le rappeler le rapport « Développer l’emploi dans les filières touristiques », remis au Gouvernement par le Président du Conseil d’administration de Pôle Emploi, François NOGUÉ, « il est apparu évident que la mobilisation POUR L’EMPLOI dans le tourisme passait davantage par la mise en perspective et « l’orchestration » rigoureuse de nombreux dispositifs existants, mais souvent peu connus, ou en cours de déploiement, que par l’invention de nouvelles mesures législatives.Adeptes des défis à relever, ils se qualifient volontiers de visionnaires.Le gouvernement et le Parlement fixent les objectifs mais il est indispensable que les acteurs retrouvent une plus grande autonomie.Comment alléger la taxation des entreprises qui ne joueraient certainement pas le jeu en améliorant l’embauche ?Une organisation centralisée se prête mieux à une campagne nationale, tandis que la souplesse des alliances s’adapte plus aisément aux spécificités locales.Ce faisant, il a très exactement rempli son rôle.C’est une aventure et une expérience ouverte : sorte de fitness mental et émotionnel qui peut s’appliquer à la vie aussi bien qu’au travail et à tous les projets », relève Antonio Fiori.C’est dire combien la prudence s’impose…Bâtir un véritable projet de défenseLe second point d’appui réside dans le renforcement du contrôle parlementaire.Qu’on se le dise, les startuppers sont des gens épanouis, selon l’étude « Portrait-robot de l’entrepreneur innovant » publiée.

Publicités