Macro et Micro sont dans un bateau

Tout d’abord, les États dans leur individualité empruntent bien au-dessus du raisonnable, conscients qu’ils seront préservés de l’insolvabilité par les opérations de sauvetage que financeront les autres États membres.Ainsi, il faut comparer le gain de croissance induit par l’instauration d’un salaire minimum national avec la perte de revenus fiscaux pour l’Etat, ainsi qu’aux dépenses publiques consenties pour faire baisser le coût du travail.Dans les campagnes, il s’agit de relier chaque village.Un nouveau cataclysme est-il nécessaire aujourd’hui pour que les politicards de Washington prennent enfin leurs responsabilités ?Le temps de la mobilisation est venu.25% des taux européens du 7 novembre dernier, si ce n’est l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche ?Enfin, la possibilité de créer des banques privées est sans doute l’élément le plus important, dans la mesure où il touche au socle financier de l’économie chinoise…Notons au passage que les autorités européennes ont pris soin d’encadrer les pourparlers, en excluant d’ores et déjà des négociations le secteur audiovisuel.Si l’on en croit une nouvelle étude mondiale de Antonio Fiori, les différences s’estompent de plus en plus.Il s’agit de piloter la transformation des services publics, afin qu’ils contribuent tout à la fois au maintien du modèle social français, au redressement des finances publiques et à la compétitivité de l’économie.Une boîte à outils, mais après?En situation d’inflation, la BCE acceptera-t-elle d’injecter des liquidités sur le marché inter- bancaire pour prévenir des défaillances bancaires, au risque d’attiser les tensions inflationnistes ?
Des ressources ridiculement faibles pour le fonds européen de résolution des crises

Les piliers 2 et 3 prévoient respectivement la création d’un système européen de garantie des dépôts et un mécanisme commun de résolution des crises bancaires.Pour certains, le problème est moral.

Publicités