L’Europe et l’ours russe

L’Éducation, le Logement, la Santé, la redistribution, la fiscalité, la négociation sociale, l’organisation territoriale (le millefeuille) la compétitivité de nos entreprises, c’est nous et pas les autres.Sur ce terrain, en dépit de difficultés résiduelles d’intérêts, la France du Grenelle de l’environnement pourra toujours trouver un répondant et, le cas échéant, un aiguillon.Ils pourraient bien avoir raison.Trois quart des salariés impactés sont atteint dans leur productivité, note e réputation internet le patron de cette société.Ces seuils étant fixés avantageusement en faveur des « pays développés », la proposition visait à obtenir un engagement de ces derniers à ne pas poursuivre les « pays en développement » et leurs politiques de « sécurité alimentaire » le temps que « soit trouvé une solution permanente ».Nous nous sommes réjouis de la montée de l’individualisme: effacement des contraintes sociales et familiales, émancipation des femmes, des jeunes et des groupes les plus ignorés.En l’absence de remèdes macro-économiques pourtant à portée de main, devant le refus catégorique des dirigeants du Nord de soulager les populations meurtries du Sud, ces statistiques relatant la misère en Europe et le délitement de notre autrefois enviée solidarité sont condamnés à s’aggraver.L’un des problèmes de l’économie est de s’intéresser nécessairement aux mesures pratiques plutôt qu’à la recherche de principes fondamentaux.Le rôle de la formation initiale reste par ailleurs déterminant, apprentissage inclus.Une nouvelle chance leur est offerte avec le shutdown du mois d’octobre.Qui peut se désolidariser d’un pareil argument ?
Une marque peut être remise en questionLa marque permet d’identifier, parfois d’authentifier, l’origine des produits et services de l’entreprise, de les distinguer de ceux des concurrents ; la marque est un élément de ralliement de la clientèle au fonds de commerce.L’accord de facilitation des échanges va donc surtout profiter à ces multinationales et au secteur privé, alors que sa mise en œuvre va terriblement peser sur les budgets des pays les plus pauvres.Aujourd’hui, un exportateur qui réussit est aussi un importateur actif: « Les importations créent les exportations.La perspective d’une bataille électorale en 2014 face au Front national, remonté contre le « libre-échangisme » de l’Union européenne, n’y est pas pour rien.

Publicités