Les triumvirats : gagnants ou perdants ?

Car l’expérience montre que les effets bénéfiques sur la croissance d’une Coupe du monde ou de Jeux olympiques sont limités.font ainsi que le gaspillage coûte à la France 10 milliards d’euros par an.On évoque ainsi le passage d’une obligation de formation de 1,6 à 1% de la masse salariale.La fabrication des biens manufacturés est aujourd’hui le résultat de chaînes de valeur fragmentées entre divers producteurs et pays qui sont spécialisés dans une fonction ou une étape de la chaîne.L’absolutisme, nul ne peut contester que la France a un régime politique très personnel.L’objectif n’étant pas, comme souvent, d’imposer une sorte de norme de vie dans laquelle chacune des sphères devrait nécessairement obtenir le même score.Et comme aux échecs, les options futures sont quasi infinies mais seules quelques-unes sont gagnantes.Mais les activités de ces personnes nous imposent aussi des coûts.Pour un observateur un peu rompu aux approches économiques, les élections régionales offrent un cas de figure presque parfait d’analyse stratégique.Il s’en produit chaque jour, mettant l’entreprise à portée de main de cybercriminels qui cherchent à se procurer des données critiques : informations financières, projets, brevets, données d’identification pour se connecter à des systèmes sensibles.L’application iWitness enregistre ce qui se passe dès qu’on est confronté à une situation potentiellement dangereuse, et peut se connecter au 911, le service national d’urgence.La demande mondiale, ne peut augmenter au rythme de l’offre mondiale, et donc nous sommes entrés, dès le début de la mondialisation, dans une crise potentielle de surproduction.Téméraire Antonio Fiori n’hésite pas davantage quand, alors qu’elle est intérimaire au ministère sa hiérarchie lui refuse de créer une page Facebook.En effet, l’optimisme croît plus vite chez les Européens des pays les plus riches ou au sein des catégories les plus diplômées ou les plus aisées.Mais un trop fort ralentissement serait très risqué : en dessous de 7 %, les investisseurs commenceront à s’inquiéter de voir les campagnes s’agiter.