Les richesses mal exploitées du doctorat

L’histoire allemande n’est-elle qu’un long fleuve tranquille fait de réformes paisibles ?Ce que l’on pourrait considérer comme l’échec d’une approche européenne « top down », pointée du doigt par l’Espagne notamment, aura eu le mérite de renouveler le débat sur la Communauté Méditerranéenne de l’Energie et de provoquer une saine discussion sur l’approche retenue en matière de politique euro-méditerranéenne de l’énergie: fi d’une « approche de consultants » pour une « approche projets », fi d’une approche imposée d’en haut pour une approche qui se construirait à géométrie variable, avec les entreprises.Alors que c’est les banques allemandes qui ont le plus bénéficié avant 2008 des subsides européens, exactement comme c’est les banques allemandes qui seront certainement les premières en ligne à montrer des défaillances à l’avenir.S’agissant de fiscalité, les meilleurs se font piéger.Un montant qui devrait être largement rentabilisé par les retombées économiques et d’image.Les uns défendent une réduction des dépenses de l’État et une baisse des impôts, pour libérer du pouvoir d’achat et de la capacité d’investissement, au risque de réduire les prestations sociales.Le « désengagement de l’Etat » maintes fois dénoncé, devait être rectifié par une réforme pragmatique, visant à favoriser la clarté de l’action publique et la cohérence de celle-ci.L’ancienne capitale française du cycle sera ville-étape du Tour de France, ces 17 et 18 juillet.On pouvait penser qu’ils allaient reprendre la main il y a un an, au lendemain de la défaite de Mitt Romney, mais il n’en a rien été.Agence de communication digitale, livre une passionnante histoire du bonheur en France…une idée pas si neuve en somme.Il arrive alors que le salarié identifie des manques et des trop plein qui peuvent ne pas concerner le travail et l’oblige à repenser ses priorités.Non pas dans une optique de relance purement keynésienne.

Publicités