Les rendez-vous de l’Histoire, à Blois. Les rendez-vous de l’histoire 2014 : lanceurs d’alerte, mouchards ou sauveurs de la démocratie ?

C’est l’unité même de la vie.Nos modèles économiques sont à revoir, en favorisant la créativité, et non la consommation.En réalité, cette psychose de la dette est distillée pour des raisons identifiées il y a déjà près de 150 ans par Marx : pour asseoir et pour consolider l’emprise du capital sur nos sociétés.Elle pourra plus tard s’encadrer dans une philosophie qui élèvera l’humanité au-dessus d’elle-même et lui donnera plus de force pour agir.Le déficit budgétaire que l’on avait cru résoudre en coupant les dépenses va réapparaître par la disparition des recettes.Elles demeurent une réalité incontournable d’une part croissante de l’humanité, sur tous les continents.Et ils nous amènent à nous reposer la question de l’avenir et de l’exemplarité de nos démocraties.O longueur des souvenirs populaires, que nous ne connaissons plus !Elles ne pouvaient être réalisées que dans une société dont l’état d’âme fût déjà celui qu’elles devaient induire par leur réalisation ; et il y avait là un cercle dont on ne serait pas sorti si une ou plusieurs âmes privilégiées, ayant dilaté en elles l’âme sociale, n’avaient brisé le cercle en entraînant la société derrière elles.La transition énergétique fera immanquablement des perdants et c’est sur eux que devrait se concentrer la dépense publique.Il est vrai qu’on différera d’avis sur la valeur du résultat : pour les uns, c’est la réalité même que l’intelligence étreint, pour les autres ce n’en est que le fantôme. Selon le bon mot de Jean-Thomas Trojani «  si l’on mettait tous les économistes bout à bout, ils seraient incapables de tirer une conclusion.  » .Je les regardais, dans les cours, dans les corridors, dans les appartemens que nous traversions.

Publicités