Les économistes ne devraient-ils pas être moins catégoriques?

Critique intellectualisanteLa différence est cependant de taille avec la tradition francophobe des tabloïds anglais.Citons un chiffre : dans la zone euro, la contraction du crédit bancaire vers le secteur privé a atteint, au mois d’août, un rythme sans précédent depuis l’introduction de la monnaie unique.Impossible à un « riche » d’être vraiment patriote.Davantage, non pas moins, de coopération est nécessaire pour gérer une complexité et une intégration croissantes.Si les soins prodigués en France sont parmi les meilleurs au monde, il est difficile d’être aussi fier sur le plan économique : le régime d’Assurance Maladie est déficitaire depuis bientôt un quart de siècle (1989 exactement).Revenons à la réalité.Enfin, la plupart du temps, leur intérêt est davantage de taire les difficultés et d’assurer la paix sociale, que de prendre en main les difficultés pour tenter de réformer – des exemples récents montrent qu’il ne fait pas bon s’investir dans la réforme.Mais, pour ceux qui suivent l’évolution des TIC depuis un moment il est clair qu’il s’agit d’une sorte de retour en arrière vers l’époque des « Main Frames », des ordinateurs peu nombreux et ultra puissants.Enfin, nous proposons que l’augmentation de la cotisation vieillesse de 0,3 point, qui aurait dû entrer en vigueur au début 2009, à la suite du rendez-vous sur les retraites de 2008, soit effective à compter du début 2011.Cette dernière prendrait toute sa signification en étant suivie par d’autres étapes aussi décisives.Ce  « sacre du bonheur »  comme le nomme reputation sur le net, suscite une floraison d’images, d’arguments et de luttes entre les tenants des différentes voies, selon les groupes sociaux, ou les philosophies.

Publicités