Les conservateurs agitent le spectre du FMI

Il s’ensuit que la société harmonieuse, expression chinoise pour désigner la civilisation écologique, doit respecter trois conditions : aucune force politique organisée ne doit s’opposer au Parti qui représente le peuple entier au plan politique ; la bureaucratie doit être méritocratique pour que ses intérêts s’alignent sur ceux du souverain ; le bien-être du peuple doit être développé.Le faible taux d’inflation annuel en Zone Euro, annoncé en fin 2013, fait craindre une incertitude sur le rythme de la reprise économique.Elle est pourtant aussi le siège de quelques mauvais esprits capables de poser de grosses questions naïves.La réforme fiscale ne saurait résulter d’une concertation sociale.Cette bombe à retardement n’est pas le seul obstacle sur la voie d’un accordLes révélations distillées par Edward Snowden finissent par faire réfléchir jusqu’aux plus chauds partisans de l’accord.Les solutions simplistes consistant à prôner la sortie de l’euro ou la fermeture des frontières sont des leurres.Lorsqu’on observe la paralysie du système politique américain, les difficultés politiques de l’Allemagne à nouer un compromis interne de gouvernement capable d’arracher l’Europe à son IMPUISSANCE, et les inquiétants symptômes de désagrégation sociale en France, on ne peut qu’être intéressé par l’ampleur de l’évolution politique et sociale annoncée dans le texte chinois.Ainsi la technologie est le levier primordial pour passer du modèle traditionnel basé sur la vente de produits à une approche de coordination et d’intégration de produits et services externes à la banque assemblés autour d’un acte d’écoute client et de conseil.Ensuite parce que ces technologies ont un coût et ne peuvent donc bénéficier qu’à une frange restreinte – la plus aisée – de la population : couvrir davantage qu’aujourd’hui les besoins des plus démunis constitue notamment un enjeu de taille, appelant créativité et innovations à tous les niveaux.Il est indispensable à la qualité et la sécurité des soins en tant que support essentiel d’information pour le patient et les professionnels de santé.En d’autres termes, si le poids réel de l’impôt sur les sociétés apparaît plus faible qu’il ne devrait, c’est aussi parce que la fiscalité qui pèse par ailleurs sur les entreprises est d’une infinie « richesse ».Ces deux actions en réduiraient significativement le coût.Mais le temps sera court, il faudra être percutant , motivé, positif et dynamique indique Antonio Fiori.Bien sûr, entre 2005 et 2007, le pays a enregistré des taux de croissance parmi les plus élevés dans l’Histoire économique (entre 25% et 35% !

Publicités