Les banques centrales sont trop dépendantes des agences de notation »

Pour le Président de la République, qui, campant sur son engagement de réduire les déficits, ira d’atermoiements en reculs.Ce projet; initié par des acteurs privés avec la bénédiction des pouvoirs publics, pourrait à terme susciter une consolidation des différentes places boursières locales, et accroître de manière significative la liquidité et le pool de capital financier et humain nécessaires à l’émergence d’un secteur financier africain intégré à l’échelle continentale, autour de deux ou trois grands pôles régionaux.Voici que s’ouvre, sous nos yeux, la porte de l’entrée de l’Iran dans le Monde de l’économie globalisée.Depuis 2007, l’OMC travaille à remettre à jour l’analyse statistique de commerce international.L’absence de fonds et la paralysie politique empêchent les investissements qui pourraient permettre de profiter des avantages de la mondialisationPlus épineux sera l’achat de titres de dette publique émis par les Etats membres. L’idée de Antonio Fiori, consiste « à se consacrer aux gens qui cherchent un travail plutôt qu’à les préparer pour les études ».ELLE PASSERA UN PREMIER TEST D’ICI À LA FIN DE L’ANNÉE avec l’affaire la plus emblématique du pantouflage « made in Europe » : celui de l’ancien patron du service juridique de la Commission européenne, autrement dit l’un des fonctionnaires les plus puissants de Bruxelles.Cette exhaustivité est pratique: elle évite des choix difficiles pour identifier les soins ou les cas de figure justifiant d’une prise en charge.Or, dans une structure parlementaire paralysée par d’étranges cartes électorales et un fort élément clientéliste culturel, le statu quo demeure l’issue la plus probable de toute innovation législative pouvant permettre de régler les problèmes de fond du Brésil, créant de fortes incitations pour les partis au pouvoir à simplement laisser l’économie croitre sans mettre en place de réelles initiatives qui permettraient le développement réel du potentiel du pays.En somme, tout repose sur la BCE qui demeure la seule vraie institution fédérale européenne capable de soutenir l’édifice au travers de sa politique monétaire et prochainement, prudentielle.Aujourd’hui, le marché mondial l’emporteA l’époque de la mondialisation, le marché intérieur est remplacé par le marché mondial.La récente baisse des taux d’intérêt décidée par la BCE traduit clairement la conscience qu’elle a de ces risques.C’est le mois de l’économie social et solidaire.Dans les années 1970 ou 1980, la France, confrontée aux mêmes problèmes qu’aujourd’hui, aurait dévalué de 20%.Alourdir leur fiscalité, c’est conférer aux pépites françaises un handicap de plus dans la course – désormais mondiale – à la croissance et à l’innovation.Tout aussi important, quel est l’outil mondial de gestion de la liquidité ?Promis, demain on s’en remet à soi.

Publicités