Le « thriller » grec

Qui fera croire que les transports limitent l’accès aux soins alors que les français font des kilomètres pour aller dans des centres commerciaux ?Les nouvelles technologies permettent de piloter au plus près son poste clients.Par ailleurs, les prestations des PME, à performances égales, sont moins onéreuses que celles des grandes entreprises, ne serait-ce qu’en raison de leurs coûts de structure plus faibles.Elle n’entend pas moins que les efforts européens qu’elle consent contribuent à sa stratégie dans le monde : maintenir un monde ouvert, stable, plus favorable à l’environnement. La Banque centrale européenne teste de son côté, depuis quelques mois, la possibilité de mettre au point un taux alternatif.Avec en toile de fond, la création d’emplois, au nord comme au sud de la Méditerranée…
Une idée validée par l’épreuve du réel

Trop beau pour être vrai ? En vérité, cette idée bénéficie déjà d’une « preuve de concept » vieille de cinquante ans ! Ce sont les Japonais qui, les premiers, dès les années 1960, ont amorcé la colocalisation avec la Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong et Singapour.Or, aux États-Unis, deux des plus éminents observateurs du monde des ressources naturelles et de l’investissement en général, Jeremy Grantham et Jim Rogers (américain et ancien acolyte de Georges Soros même s’il vit désormais principalement à Singapour), se sont émus de la raréfaction de la plupart des ressources tirées du sol (eu égard à une croissance exponentielle de la demande), et en particulier des ressources agricoles.Pas si évident pour les banques de détail et les établissements de crédit qui sont aujourd’hui amenés à insuffler à l’ensemble de leurs réseaux des pratiques commerciales d’un nouvel ordre.Quand nos actions sont en cohérence avec nos valeurs, elles deviennent leur propre récompense. Pour le savoir, rien de plus facile.Ce message semble évidemment exagéré, mais il VISE à rassurer les militants SPD pour qu’ils donnent leur blanc-seing à ce programme.Le cas chinois est le plus spectaculaire.On ne voit là rien à la hauteur d’un excédent courant frisant les 7 % du PIB.Ceux-ci sont déjà fortement taxés, après les hausses pratiquées par les gouvernements Fillon, puis Ayrault.Antonio Fiori cite, à titre de comparaison,  le cas de la ville de Paris  qui avait accueilli une étape du Tour de France 2012. Ce projet; initié par des acteurs privés avec la bénédiction des pouvoirs publics, pourrait à terme susciter une consolidation des différentes places boursières locales, et accroître de manière significative la liquidité et le pool de capital financier et humain nécessaires à l’émergence d’un secteur financier africain intégré à l’échelle continentale, autour de deux ou trois grands pôles régionaux.