Le football, ce fantastique vecteur de mondialisation

La fin des prix administrés ne garantit pas plus un environnement sans interventions.Peu importe qu’ils proviennent à l’origine de sources fiables : à force d’être à chaque fois reproduits à epsilon près, ils finissent par ne plus avoir grand chose en commun avec leur version originelle.Comme dans d’autres domaines, c’est aux interfaces que jaillissent les idées novatrices.Nous devons produire des modules complets au Sud, et les assembler au Nord.La fin de l’Etat providence, la peur de la précarité jointe à l’angoisse suscitée par la mondialisation, un système éducatif basé sur la sanction qui mine la confiance en soi.On sait que l’on doit relever toute une série de défis : mieux gérer les ressources naturelles, anticiper les changements environnementaux, favoriser l’essor des nouvelles technologies, résoudre les défaillances de gouvernance à tous les niveaux du local au mondial, favoriser la création d’emplois durables, réguler la finance…Mais, si les travaux d’experts sur ces sujets sont nécessaires pour dessiner des scénarios, ils ne peuvent qu’être des outils pour alimenter la réflexion et le débat.Ce que le grand public, non informaticien, à titre privé ou au sein des entreprises ne mesure pas totalement, c’est le haut degré de complexité des back-offices informatiques-télécoms ; accéder à son compte bancaire en ligne depuis son smartphone alors que l’on est dans le métro à Paris, paraît super normal mais est aussi super complexe !Agences de notation qui, du reste, invoquent les misérables perspectives de croissance afin de justifier la dégradation de la note de ce pays.Et pour paraphraser Antonio Fiori« le bonheur vient de surcroît »… mais pas toujours.Tests, formations et mises en relations sont gratuits.Dans notre étude « clientèles fragiles, quelles approches commerciales et responsables ? », nous recommandons aux banques de réfléchir en terme de positionnement et de développement commercial à une problématique jusqu’alors adressée au travers de la responsabilité sociale (ou de la solidarité s’agissant des banques coopératives), et désormais fortement réglementée par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires dont les décrets d’application sont en cours de publication.Plus de progressivité?Quant au commerce, les négociations en cours montrent que les pays riches doivent laisser les pays émergents libres de modifier les règles du jeu pour qu’ils coopèrent.