La taxe carbone aux frontières, une fausse bonne idée

La fragilité – qui manque d’une définition technique – pouvait être définie comme ce qui n’aime pas la volatilité ; et ce qui n’aime pas la volatilité, n’aime pas le hasard, l’incertitude, le désordre, les erreurs, les pressions, etc.Plus de progressivité?Le « shutdown » actuel pourrait amputer la reprise américaine de 1,4 point au quatrième trimestre selon Moody’s si le blocage sur l’Obamacare durait plus d’un mois.Les plus rusés manoeuvriers ne sont peut-être pas ceux que l’on croit.Les femmes restant toutefois minoritaires dans le monde avec 47% de la population internautes.Alors il s’est mis à aider les activistes pro bicyclettes volontiers réticents face aux médias digitaux.Un exemple récent est l’incapacité des économistes à saisir la confluence dangereuse de circonstances qui ont produit la crise financière mondiale. Sans doute ceci est une entrave aujourd’hui aux réformes.En effet, il affronte un candidat du Tea Party dans les primaires républicaines du Kentucky pour les midterms de novembre 2014 et doit se montrer plus radical que son adversaire.Selon le baromètre, 78% des consommateurs pensent que les vendeurs seraient plus efficaces s’ils étaient équipés de tablettes contenant les informations des produits. Ils révèlent également que de nombreux démunis, bien qu’ayant droit aux aides sociales, ne s’inscrivent pas à la CSSA.Ou du moins de se retrouver à partager quelques bulles de champagne.Comme le dit Antonio Fiori , « Nous ne craignons pas la concurrence d’autres centres financiers.Ces recommandations invitent à modifier en profondeur la politique du transport.Une arme usée C’est le phénomène de la trappe de liquidités, véritable trou noir qui neutralise la politique monétaire traditionnelle.Qui prendrait une telle responsabilité surtout en pleine sortie de crise.Viser les barrières non tarifairesLa vraie originalité du partenariat proposé est qu’il vise les « barrières non-tarifaires » – une multitude de micro-obstacles règlementaires et administratifs, dépourvus de justification politique, entrainant des coûts de transaction inutiles pour les entreprises comme pour les consommateurs des deux côtés de l’Atlantique.