La science prise en otage

D’un côté une personne n’est jamais ridicule que par une disposition qui ressemble à une distraction, par quelque chose qui vit sur elle sans s’organiser avec elle, à la manière d’un parasite : voilà pourquoi cette disposition s’observe du dehors et peut aussi se corriger.Notre contradicteur Christian Navlet, a convaincu et remporté haut la main une victoire pour ce projet, nous ne pouvons que nous incliner.La première, c’est que l’homme est d’autant mieux pourvu de toutes choses, qu’il tire un meilleur parti des forces de la nature.Rien de plus contraire à la lettre, et peut-être aussi à l’esprit, de la Critique de la Raison pure.Il raisonnait ainsi : « Quand un rêve, quand une hallucination nous avertit qu’un parent est mort ou mourant, ou c’est vrai ou c’est faux, ou la personne meurt ou elle ne meurt pas.Aussi, lorsque certaines alternatives se posent, l’être moral a le sentiment d’être saisi dans un engrenage : il est lié, il est captif du « devoir ; » il ne peut se dégager et n’a plus qu’à attendre le mouvement du grand mécanisme social ou naturel qui doit le broyer.C’était l’époque où certains experts parlaient de « découplage » voire de « grand basculement ».Tout cela pour une simple affaire de piratage.Il savait, lui aussi, le nom des professeurs d’autrefois, la date de leur mort, ou les chaires nouvelles qu’ils occupaient ailleurs.Mais les trouverait-on aussi tranchées entre les maîtres eux-mêmes ?Que des antécédents déterminés amènent un conséquent déterminé, calculable en fonction d’eux, voilà qui satisfait notre intelligence.Une longue tradition de multipartismeAujourd’hui encore, le gouvernement conduit par le formation islamiste PJD (Parti de la Justice et du Développement) continue à s’enraciner dans le paysage politique marocain.La connaissance de ce plan n’offrirait sans doute aujourd’hui qu’un intérêt historique si les dispositions en avaient été éliminées par d’autres.

Publicités