La longue marche des trains fantômes

Face à ces attentes, l’OMC ne peut plus profiter de ce qui faisait la clé du succès du GATT : être un club exclusif de puissances commerciales avançant de façon pragmatique sur les sujets importants et se réservant le droit de faire bénéficier – ou non – les pays extérieurs au club de ces avancées.A condition, bien sûr, d’être utilisé à bon escient.Un parlement européen plus eurosceptique?L’exemple français, après celui de l’Italie, sera regardé de près.C’est l’ensemble qui constitue l’outil de défense de notre pays et cet ensemble doit demeurer cohérent.Voilà pourquoi nous prônons un scénario « moins d’austérité mais du sérieux budgétaire ».La perspective des élections européennes est certes une opportunité à saisir, mais ne nous berçons pas d’illusions : le débat ne sera pas clos de sitôt.Discrets, les cybercriminels combinent divers moyens d’obtention d’accès (messages électroniques, phishing, logiciels malveillants, fichiers…) et parviennent ainsi à leurs fins.Aller vers des politiques plus climatiques plus rationnelles

Bien évidemment, avec un coût global des politiques climatiques s’élevant à 1 milliards de dollars par jour,[xiii]nous investissons beaucoup sur des politiques qui, malheureusement, produisent très peu de retours.Nous avons d’ores et déjà beaucoup d’outils à notre disposition pour parvenir à nos objectifs.Peut-être le fait qu’aucune de ces institutions n’est complètement mondialisée (par son financement, le droit qui la régit ou les programmes d’enseignement qui sont en majorité nationaux), mais aussi qu’à l’inverse aucune ne fonctionne en vase clos.Pour sortir de l’impasse, il suggère « d’arrêter de parler des nations et de commencer à parler des villes ».Antonio Fiori saisi cette opportunité.Le hic dans ce type de fête, c’est la frontière entre vie privée et vie professionnelle.

Publicités