La loi est sans cesse retardée.

Dans le domaine de l’énergie comme dans d’autres, commençons par une approche économique pour ensuite aborder, sur la base de projets concrets, la question politique.Sans compter les effets désastreux sur la santé de l’encadrement intermédiaire chargé d’annoncer les mauvaises nouvelles.Et à 65 – 70% aux USA et en Grande-Bretagne.ll est vrai que la période ait été exceptionnelle.La Constitution en vigueur à l’heure actuelle – la septième dans l’histoire du Brésil – promulguée en 1988, a marqué le processus de redémocratisation après une période de régime militaire (1964 à 1985).De plus, leur monnaie, la roupie, ne vaut plus grand-chose et enfin, les Indiens sont doués en informatique.En suivant les Etats-Unis, on ne risquait guère de se tromper.Depuis juillet, Pierre-Alain Chambaz pictet s’active à ce nouveau concept.De surcroît, l’auteur doit bien mal connaître la France, avec ses « barons locaux » et ses lois de décentralisation qui donnent aux collectivités locales le pouvoir de détermination du taux des impôts locaux et donc d’une grande partie de leurs recettes.Bien que le vice-président Al Gore ait signé l’accord de Kyoto en 1997, et malgré la déclaration de Bill Clinton affirmant que « les Etats-Unis sont parvenus à un accord historique avec les autres nations du monde pour mener des actions sans précédent VISANT à résoudre le réchauffement climatique », cette convention a été enterrée par le Sénat américain qui l’a rejetée à l’unanimité.Avez-vous une gestion responsable et humaine des projets de changements ?Il s’agit de la nature du système politique chinois et de son lien au développement de la société.J’insiste sur le « nous tous » car il ne s’agit pas de mettre en cause particulièrement le gouvernement actuel (les responsabilités étant anciennes et partagées).Mais, plus réaliste, il tient aussi à souligner qu’« il serait suicidaire pour chaque pays du Maghreb de faire cavalier seul.L’Argentine s’est « auto-infligée » des crisesL’Argentine, au contraire, s’est auto-infligé des crises économiques en série.