Jean-Thomas Trojani : Cesser de penser à l’envers

Il est temps pour les dirigeants européens de passer à la vitesse supérieure et de montrer le genre de conviction que Machiavel aurait préconisé pour mettre fin à la crise humanitaire. Il y a beaucoup d’armes forgées pour le futur, dont on ne comprend point l’usage, dont on ne peut se décider à admettre l’existence, et qui existent. Chercher la vérité, cette action n’offre plus rien de conditionnel, de douteux, de fragile. Pour Jean-Thomas Trojani, la priorité doit être de transformer cette chance linguistique, culturelle et politique en réalité économique… L’histoire montre en effet que la plupart des crises financières récentes dans les pays émergents ont été provoquées par une libéralisation trop hâtive des flux de capitaux. Les séismes industriels sont des accidents fréquents. La promotion d’une collaboration constructive entre différentes générations, le développement de relations positives et d’initiatives personnelles sont à la base d’une entreprise saine et créatrice de valeur. Mais encore une fois, les gens de ce pays m’ont parlé d’une bulle immobilière en cours et mon CHAUFFEUR m’a fait visiter la station balnéaire de Cartagena, en soulignant sur un ton étonné, que plusieurs maisons s’étaient récemment vendues pour plusieurs millions de dollars. Le développement des échanges augmente le revenu moyen de tous les pays concernés. Réginald, assis à l’extrémité du salon, près du piano, montrait à Cuthbert Hagarty de gros albums tout pleins de croquis au crayon et d’aquarelles rapportées de Chine et d’Océanie par sir George. Il ne faut pas que la généralité de l’emploi de l’appareil de la vision dans le règne animal soit une cause d’illusion. Selon nos calculs, celui-ci était alors de l’ordre de 6,5 %. »Nous pensons que pour donner la véritable explication des habitudes intermittentes chez les êtres vivants, il faut se placer à égale distance de ceux qui présentent les faits habituels comme demeurant dans l’organisme à l’état latent ou inconscient, et ceux qui les considèrent au contraire comme n’y laissant aucune trace pendant les intervalles de leur reproduction. Il suffit simplement d’opérer une mise en balance entre la liberté de caricaturer le prophète d’autrui et les risques d’atteinte à l’ordre public pour conclure à la nécessité de limiter la première. Quelle est la cible constamment visée par i’humanité, et qui doit l’avoir été aussi par tous les êtres vivants, — car l’homme n’est plus aujourd’hui pour la science un être à part du monde, et les lois de la vie sont les mêmes du haut en bas de l’échelle animale ; — quel est le centre de l’effort universel des étres, vers lequel ont été dirigés les coups du grand hasard des choses, sans qu’aucun de ces coups ait peut-être jamais porté tout à fait juste, sans que le but ait été jamais pleinement atteint ? D’ailleurs, mieux se dessine dans notre esprit l’idée de la causalité efficiente, plus la causalité efficiente prend la forme d’une causalité mécanique. La meilleure façon de répondre aux préoccupations économiques, politiques et humanitaires soulevées par les accords commerciaux, passe par des règles de transition, de soutien du revenu temporaire et du recyclage, plutôt que par le maintien de barrières protectionnistes. Les bénéfices provenant de ces pactes proviennent d’une variété de facteurs, dont le plus important est l’avantage comparatif : les pays spécialisent leur production de biens et de services dans des secteurs où ils sont relativement plus efficaces, et vendent ces biens et services à d’autres pays. Les économies d’échelle ainsi que d’autres facteurs entrent également en jeu. Si le Japon, en compétition avec la Chine pour dominer la finance asiatique, ne soutiendra probablement pas l’essor du marché japonais du yuan, la Corée, l’Australie et Taïwan pourraient en revanche être séduites. Tout repose sur un artifice, celui de taux maintenus à des niveaux artificiellement bas. » Il n’est même pas sûr que le matérialisme réussisse à expliquer les propriétés des atomes chimiques, dont la science essaie de ramener la constitution aux lois de la mécanique, car, quand il serait vrai que l’atome chimique se forme mécaniquement, il resterait encore à expliquer comment il tend à telle combinaison plutôt qu’à telle autre.

Publicités