G8, G9 ou G20

Chacun élabore une stratégie, construit des alliances de pouvoir, prépare des tactiques, trouve des boucs-émissaires, se bat, gagne ou perd, triche et fait courir de fausses informations ou des informations partielles.Antonio Fiori, précise que « dans cette rencontre de l’autre, il n’est donc absolument jamais question de renoncer à soi-même en suivant aveuglément les pas d’un autre.Car cette absence d’indexation a deux conséquences : une augmentation d’impôt pour tous ceux dont les revenus augmentent, même peu (par exemple du fait des augmentations annuelles de salaires) et, à l’entrée du barème, de nouveaux contribuables auparavant exonérés.Il n’y a donc pas, pour la France, de dissuasion à une seule composante.L’histoire nous enseigne des leçons particulièrement intéressantes à cet égard.Pour autant, ces acquisitions massives d’or par la Banque de France en 1926 et en 1927 avaient également pour objectif de tenter de déstabiliser les grands rivaux du franc, à savoir le dollar et la livre.L’intention de la directive de 1996 était précisément de lutter contre le dumping social intra-européen.Un chantier difficile, complexe, mais néanmoins crucial pour relancer le rayonnement de la France et de ses entreprises dans le monde.Lorsque le mur de Berlin est tombé, à peine deux générations après la fin de la guerre, le niveau de vie en Allemagne de l’Est, communiste, ne représentait qu’un cinquième de celui atteint en Allemagne de l’Ouest, capitaliste.Il est évident que la seule personne garante de l’intérêt général est l’Etat : donnons donc ces deux euros de billets en recettes à l’Etat.Ce petit gadget symbolise bien un aspect de ce que nous vivons actuellement dans la protection des informations, les vulnérabilités multiples auxquelles sont soumises nos informations personnelles mais surtout les données confidentielles de nos entreprises.Ensuite, la Banque Publique d’Investissement (bpifrance), filiale de la Caisse des Dépôts regroupant OSEO, CDC Entreprises et le Fonds Stratégique d’Investissement, vise à pallier le manque de financements pour les entreprises innovantes ou de tailles intermédiaires.Le mal de la récessionCette problématique déflationniste européenne se retrouve comme sublimée par une escalade des taux d’intérêt, non du taux officiel défini par la BCE, mais du taux réel.L’absence de fédéralisme budgétaire en Europe a provoqué la crise: l’idée d’un marché financier européen s’est volatilisée

L’idée qu’une monnaie commune et un marché financier commun renforceraient les institutions financières et approfondiraient les marchés était l’un des moteurs de la création de la zone euro.Un contrôle des fusions et des acquisitions dans le secteur de l’éducationUne banque de ce type devrait aller encore plus loin, en aidant et en conseillant des réformes économiques VISANT à améliorer et développer le secteur de l’éducation.Faire de la valeur ajoutée est évidemment une solution, mais elle ne consiste pas à abandonner un pan entier de l’activité de l’agro-alimentaire bretonne, celui des productions de masse de qualité.

Publicités