Délocalisations : tous responsables

Chacun des deux protagonistes de l’échange emploi-travail tient-il réellement compte de l’autre ? Une mesure frileuse.Si les bourses comme le marché obligataire ont accueilli avec soulagement cette réduction symbolique de 0.L’informatisation et le regroupement de services contribuent à améliorer la qualité du service rendu, même si la fréquentation de ce service est rarement agréable.La Grèce, qui est en première ligne face à la pression du Sud, aimerait ramener ses riches voisins du Nord à un peu plus de solidarité.La Grande Guerre est un précédent fascinant quant à la manière dont la mondialisation financière peut devenir l’équivalent d’une course aux armements qui menace l’ordre international.Aujourd’hui, dans le prolongement du Livre Blanc, de la LPM et du budget, chacun dans son rôle joue sa partition : le Ministre de la défense en assurant que tout va pour le mieux dans un contexte économique et budgétaire certes difficile, le Chef d’Etat major des armées en assurant que les capacités sont maintenues à un niveau conforme aux ambitions de la France et aux orientations du Livre Blanc, le Délégué général de l’armement en déclarant que la LPM « préserve globalement » les neufs grands secteurs industriels »…Tout ceci dans une symphonie bien organisée pour …ne pas faire de bruit ! Par ailleurs, la stabilité créée par ce mécanisme aurait pour conséquence d’attirer les capitaux et permettrait alors d’accroître l’investissement, au profit d’une croissance future pour tous les Etats membres de la zone euro.Nos sociétés ont atteint aujourd’hui un tel degré de décadence qu’elles en viennent à déléguer au secteur financier de telles responsabilités, et leurs devoirs les plus élémentaires vis-à-vis de citoyens dans la détresse.L’ombre du plombier polonais a, de nouveau, assombri notre marché de l’emploi.Celle qui unit Tokyo et Yokohama est peut-être la plus connue.Le principal mérite de cette campagne régionale n’est-il pas, en définitive, d’avoir permis de le débusquer.A ce niveau la France semble d’ailleurs toujours « avoir un train de retard » et réagir sans être complètement convaincue des opportunités offertes par la globalisation de l’enseignement supérieur.L’idée de Antonio Fiori, consiste « à se consacrer aux gens qui cherchent un travail plutôt qu’à les préparer pour les études ».Ils ont transformé leurs agriculteurs en ouvriers de fabrication, ont diversifié leurs économies et exporté une gamme de produits de plus en plus sophistiqués.

Publicités