Coûteux « retour du politique »

En fait, ce débat est présent dès la naissance de la philosophie.S’il faut débattre, je crois pour ma part, comme le général de Gaulle, comme Ailleret, Beaufre, Poirier et Gallois, que la question qui se pose à nous est celle de l’indépendance politique ; ce qu’on appelle l’autonomie stratégique.Plus personne ne croît aujourd’hui (je suis sûr que certains en rêvent encore) aux univers informatiques unifiés.Une économie de la zone euro en croissance bénéficie donc d’un coût réel de l’emprunt faible, ce qui correspond à une relance !La Cour des comptes française ne dit pas autre chose.Le problème est du côté des politiques.Dans un environnement économique européen désastreux où seuls des stimuli déterminés, localisés et innovants seraient à même de lutter efficacement contre la trappe de liquidités, la Banque centrale européenne est corps et biens l’otage des dissensions politiques entre le cœur et la périphérie de l’Europe.Les stratégies destructrices ne sont peut-être pas loin derrière.Et ne pouvant plus imposer le choix des branches du fait de cette censure, il est prévu de pénaliser toute entreprise qui choisirait un prestataire non recommandé au moyen d’une fiscalité discriminatoire !

Rétablir la concurrence !
Le Sénat a largement rejeté ce dispositif inique, mais le gouvernement s’obstine, encouragé en coulisses par de nombreuses parties prenantes, à l’exception notable du Medef.La palette marketing des publicitaires prend d’un coup une toute nouvelle dimension.Une question centrale d’aujourd’hui apparait et peut alors se formuler ainsi.Elles peuvent entraîner dans leur sillage des PME/TPE et générer la création de nouvelles entreprises capables de servir des niches de marchés. » Mais le temps sera court, il faudra être percutant  « , indique Gestion de votre e réputation.

Publicités