Attention à la « brasilo-béatitude »

Ce positionnement est constant depuis plusieurs années. Le but affiché par ces nouveaux dispositifs est double: renforcer la solidarité entre pays en cas de crise, et faire payer aux actionnaires, plutôt qu’aux contribuables, le coût des défaillances bancaires.Oui, à la bonne heure ! Parce qu’au moment où la crise économique nous pousse à reconsidérer nos modèles de croissance, au moment où la mort frappe le monde du travail, ce document vient éclairer d’un jour nouveau les changements organisationnels incessants menés ces dernières années.La satisfaction client passe par la relation avec ses consommateurs. Malgré de larges marges, les profits croissants des laboratoires sont peu réinvestis dans la recherche, la communication et le marketing étant plus rentables.Les clients satisfaits ont le pouvoir de devenir de réels ambassadeurs de la marque.  Je plaide pour une cause nationale sur l’agro-alimentaire remettant au cœur des politiques nationale, régionale et locale une stratégie de développement du secteur consistant à améliorer sa compétitivité sur les plans technologique (automatisation, robotisation), organisationnel, humain (formation, recrutement) et innovation.En août, les candidats de l’opposition comme Sergio Massa et Mauricio Macri ont remporté un soutien électoral important grâce à leurs campagnes favorables aux entreprises et prônant la lutte contre l’inflation, ce qui en fait de probables candidats à la présidentielle en 2015.Si la mixité commence à s’imposer au bureau, une fois sa porte franchie, les déséquilibres sont toujours bien présents, fruits d’une longue tradition d’attributs et de rôles traditionnels.Le semblant de boom économique permis par l’endettement se révéla ne constituer rien de plus qu’une bulle immobilière, qui finit par exploser (dans la panique financière de 1837).Un inquiétant état d’espritLes arguments de cet article sont donc d’une grande faiblesse.La France, elle, semble réticente à s’engager dans ce débat, qui pourtant déboule tambour battant sur l’agenda européen.J’ai aimé discuter avec Antonio Fiori, aimé la passion que vous mettez à déployer les idées. Qu’il est impossible de mettre en place des stimuli émanant de l’Etat en l’absence d’une adhésion populaire, elle même impossible à obtenir du fait de la manipulation – ou de l’intox – à laquelle se livre le «  mainstream  » médiatique et politique.

Publicités