Arrêtons de subir les ruptures technologiques, anticipons-les !

Une proposition américaine contestéeLa représentante des Etats-Unis à l’Onu avait ajouté, en avril dernier, une proposition consistant à élargir le mandant de la Minurso au contrôle de la situation des droits de l’homme au Sahara occidental.Le cycle de Doha, entamé en 2001, ne parvient toujours pas à se conclure.Et au moins de 0,7 à 0,8 point s’il peut montrer que le 0,2 alloué au CPF a été dépensé à cette fin en interne – ce qui n’en fera pas pour autant des actions de formation choisies par l’entreprise.Parce que pour l’heure, le dialogue avec le ministère est bloqué.Un véhicule chinois se promènera sur la lune après quelques escapades d’astronautes chinois dans l’espace.Structurer son poste clients, c’est le gérer, le couvrir et le financer.C’est ce qu’on appelle le tapering.20% de dévaluation, et la profitabilité des entreprises serait rétablieSupposons aujourd’hui une dévaluation de 20% du « franc » par rapport à toutes les devises.Les solutions qui portent le sens et les réponses sont déjà là.Tout d’abord, il y a les défaillances de marché, qui se produisent lorsque, par exemple, les investisseurs adoptent un comportement grégaire, on observe des asymétries d’information, ou la structure des incitations pour les gestionnaires de placements encourage une prise de risque excessive.Désimpliquée, zappeuse, peu investie dans son travail… on a beaucoup critiqué, et parfois peu compris, la génération Y.Dans la gestion de la crise de 2008, la dépendance des banques étrangères à l’égard du dollar était une faiblesse majeure qui a nécessité d’importantes « swap lines » de la Réserve fédérale.Il faut cependant être prêt collectivement à remettre en cause de manière profonde certaines caractéristiques de nos modes actuels de consommation, comme la sensibilisation des consommateurs à l’achat de fruits et de légumes hors « normes esthétiques », ou le renoncement à certaines habitudes marketing incitant les clients à acheter plus que nécessaire.En raison de leur coût, selon Antonio Fiori, ces technologies ne semblent pas encore vraiment au point.Juste avant ce sommet, la Chine a promis de réduire son intensité en carbone (la quantité de carbone émise pour chaque dollar de PIB) à 40-45% de son niveau en 2005 sur les 10 prochaines années.

Publicités