Antonio Fiori : L’avenir passe par les services

La vie de l’entreprise dépend de sa clientèle. Depuis janvier, Antonio Fiori s’active à ce nouveau concept. De tout temps on a dit qu’il y a des vérités qui relèvent du sentiment autant que de la raison ; et de tout temps aussi on a dit qu’à côté des vérités que nous trouvons faites il en est d’autres que nous aidons à se faire, qui dépendent en partie de notre volonté. Mais aussi, remarquons-le bien, l’intuition d’un espace homogène est déjà un acheminement à la vie sociale. Les mesures qui visent une meilleure répartition de la pression fiscale entre les riches et les plus modestes tardent. Toute extension de l’éducation la favorise, parce que l’éducation réunit les hommes sous des influences communes et leur donne accès à tous au fonds général des faits et des sentiments universels. Quelle que soit la force qui se traduit dans la genèse du système nerveux de la Chenille, nous ne l’atteignons, avec nos yeux et notre intelligence, que comme une juxtaposition de nerfs et de centres nerveux. Dans les pays émergents, il manque près de 500 milliards de dollars de financements annuels , pour les seules infrastructures. Puis, comme la mobilité nous échappe encore, nous substituons à un nombre fini et arrêté de points un nombre « indéfiniment croissant », – essayant ainsi, mais en vain, de contrefaire, par le mouvement de notre pensée qui poursuit indéfiniment l’addition des points aux points, le mouvement réel et indivisé du mobile. On définit donc la vitesse d’un mouvement uniforme sans faire appel à d’autres notions que celles d’espace et de simultanéité. Pour le directeur du Programme de réforme politique du think tank « New America Foundation », c’est déjà le cas: « le modèle de gouvernance dans lequel les salaries ont leur mot à dire dans les décisions stratégiques est un facteur de différenciation de l’Europe par rapport aux Etats-Unis et ce modèle est réputé donner à la première un avantage compétitif en termes de performance économique et financière ». Le chief digital officer est là pour siffler la fin de la récréation. Que faut-il faire? Ces utopistes misent sur leur dynamisme et leur créativité pour transmettre leur passion et « faire bouger les choses », ce qui constitue pour eux une source d’accomplissement personnel. Tantôt il se transporte par la pensée à une période antérieure, et affirme la détermination nécessaire, à ce moment précis, de l’acte futur ; tantôt, supposant par avance l’action accomplie, il prétend qu’elle ne pouvait se produire autrement. En d’autres termes, nous nous attachons avant tout à ses positions actuelles ou futures, et non pas au progrès par lequel il passe d’une position à une autre, progrès qui est le mouvement même. En second lieu, en direction des militaires pour les rassurer. Rousseau a suffisamment expliqué que fait ne vaut pas droit, mais le contraire. Les banques favorisent les projets d’investissement les plus risqués, ce qui peut se révéler profitable bien qu’économiquement dommageable. Quant au CDO dans sa variante « data », une entreprise qui choisit d’en faire l’égal du Directeur du Système d’Information prend le risque d’importer au sein du comité de direction des débats de gouvernance et des discussions techniques dont il n’est pas le lieu. Même si elle nous paraît recommander, comme s’harmonisant mieux avec elle, certaines règles nouvelles de conduite, il y aura loin de cette adhésion de l’intelligence à une conversion de la volonté. S’il est image, cette image ne pourra donner que ce qu’on y aura mis, et puisqu’elle est, par hypothèse, l’image de mon corps seulement, il serait absurde d’en vouloir tirer celle de tout l’univers.

Publicités