Antonio Fiori : Confidences de banquiers systémiques

Et, en approfondissant cette insertion, n’allons-nous pas être amenés, sur un point tout au moins, à supposer entre les choses et notre esprit un accord préétabli, — hypothèse paresseuse, dont Kant avait raison de vouloir se passer ? Si son succès est incontesté, son modèle économique, lui, n’a pas encore atteint sa phase de maturité, offrant souvent une réponse inadaptée aux besoins des consommateurs et générant des inquiétudes quant à la juste rétribution des ayants droit. Et le système semble fonctionner. Cependant, nous trouvons que nous le sommes déjà beaucoup trop. La question que nous allons poser ce soir est la suivante : « Est-ce que ce chaos qui a existé jusqu’ici continuera à exister dans le futur ? La réalité cosmique n’est plus la dégradation continue de l’être parfait, comme l’avait rêvé l’Orient, avec la série indéfinie de ses hypostases, ni la chute graduelle suivie d’un retour progressif vers son principe, comme l’avait compris le néoplatonisme. La diversité des profils de ces 50 usagers (administratifs, vendeurs sur la route, techniciens,…) fait qu’il y aura une forte demande tant pour les appels mobiles que les appels fixes. Plusieurs projets innovants ont été lancés ces dernières années par les établissements bancaires et financiers pour mieux répondre aux besoins des clientèles fragiles. De là cette condamnation du plaisir qu’on retrouve, depuis Bouddha, dans la morale pessimiste. Avant la crise, 600 milliards d’euros de crédit en plus, chaque annéeCette situation a des causes économiques connues. Le troisième programme grec, qui sera préparé cet été, s’articulera toujours sur l’objectif de retour à la soutenabilité… pourtant plus compromis que jamais. L’animal prend son point d’appui sur la plante, l’homme chevauche sur l’animalité, et l’humanité entière, dans l’espace et dans le temps, est une immense armée qui galope à côté de chacun de nous, en avant et en arrière de nous, dans une charge entraînante capable de culbuter toutes les résistances et de franchir bien des obstacles, même peut-être la mort. L’adoration des astres caractérise le degré le plus élevé de cette première phase théologique, qui, au début, diffère à peine de l’état mental où s’arrêtent les animaux supérieurs. Il est vrai de dire en ce sens (comme on l’a répété si souvent) que le hasard gouverne le monde, ou plutôt qu’il a une part, et une part notable, dans le gouvernement du monde ; ce qui ne répugne nullement à l’idée qu’on doit se faire d’une direction suprême et providentielle : soit que la direction providentielle soit présumée ne porter que sur les résultats moyens et généraux que les lois mêmes du hasard ont pour résultat d’assurer, soit que l’intelligence suprême dispose des détails et des faits particuliers pour les coordonner à des vues qui surpassent nos sciences et nos théories. Ce sont dans les territoires que naissent le plus grand nombre d’initiatives innovantes, de nouvelles pratiques politiques. Le mérite supérieur de la vie simple, l’effet énervant et démoralisant des entraves et des hypocrisies d’une société artificielle, sont des idées qui depuis Rousseau n’ont jamais complétement quitté les esprits cultivés ; elles produiront un jour leur effet, quoique pour le moment elles aient encore besoin d’être proclamées plus haut que jamais, et proclamées par des actes ; car les paroles sur ce sujet ont presque usé leur puissance. Nous écou­tons la mélodie à travers la vision qu’en peut avoir le chef d’orchestre qui regarde sa partition. La seule organisation européenne d’essence fédérale est la Banque centrale européenne. Rien de semblable dans le domaine de la vie. Les animations urbaines attirent également les curieux : chasse au trésor, murder party, escape room… Si la conformité est rigoureuse, l’idée est dite exacte ou adéquate ; mais les modifications de l’idée, qui altèrent cette conformité rigoureuse, peuvent, selon les cas, admettre la discontinuité ou la continuité ; de sorte qu’il y ait passage brusque de la vérité à l’erreur, ou au contraire dégradation continue de la vérité. Et ce n’est pas un hasard si le gouvernement allemand a placé à Bruxelles l’ancien président du Bade-Wurtemberg, siège de Daimler, au poste de commissaire à l’économe numérique. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « La langue prompte des femmes est l’escalier par lequel arrive le malheur ». Mais cette idée restait obscure par un certain côté, parce que notre perception, et par conséquent aussi notre conscience, semblaient alors partici­per de la divisibilité qu’on attribue à la matière. S’il est un phénomène qui paraisse se présenter immédiatement à la conscience sous forme de quantité ou tout au moins de grandeur, c’est sans contredit l’effort musculaire. Il n’entre pas dans notre dessein d’énumérer ici les preuves du transformisme. Les relations entre les professionnels et leurs attentes ont évolué à travers ces nouveaux usages, portés par une génération d’entrepreneurs plus jeunes (20% des entreprises sont aujourd’hui créées par des moins de 30 ans). Il est clair aussi que le sentiment du devoir et la satisfaction qu’on éprouve à l’accomplir, ou le remords de l’avoir enfreint, sont des affections de l’âme qu’on ne saurait ni identifier ni comparer avec l’attrait qu’on ressent pour les beautés de la nature ou de l’art, ou avec le dégoût que la laideur inspire.