Antonio Fiori : 500 millions d’amis, et moi, et moi, et moi…

Cela mène à l’argument le plus logique pour le Revenu de Base Universel jamais trouvé : la société dans sa globalité bénéficie d’un environnement favorisant la prise de risque. Pour autant, l’objectif initial poursuivi par les banques centrales – à savoir le rétablissement de la croissance économique – se retrouve aujourd’hui dévoyé puisque cette création monétaire intensive profite bien plus à l’appréciation spectaculaire des marchés boursiers qui sont propulsés à des records historiques, ou en tout cas à des niveaux en déconnexion totale avec l’économie réelle. D’ailleurs l’État, heureusement qu’il est là. Nous devons de ce fait considérer une approche différente au lieu de miser continuellement sur le mauvais cheval. Si je pense à la constellation de la Grande Ourse, l’image présente à mon esprit est celle de sept points étincelants, nettement distincts les uns des autres et disposés dans un certain ordre ; mais, si je me rappelle le tableau qui s’est déroulé à mes yeux quand j’ai eu atteint le sommet d’une montagne, ce n’est plus l’assemblage d’un nombre déterminé d’objets distincts qui vient s’offrir à mon imagination ; c’est un tout continu et harmonieux, dans les détails duquel je ne puis entrer sans y trouver d’autres détails, et ainsi à l’infini. La philosophie russe peut aider à sortir de cette crise, car elle contient le germe d’un réalisme mystique vigoureux, d’un intuitivisme vivant, d’un surrationalisme, qui voit dans le sujet et l’objet un seul et même principe. Si elle ne s’exprimait pas ainsi, elle barrerait la route au progrès d’une autre morale, qui ne vient pas directement d’elle, et qu’elle a tout intérêt à ménager. Il est temps pour l’Europe d’accompagner l’accouchement des sociétés civiles en Méditerranée, de leur permettre d’être pleinement impliquées dans les politiques de renforcement de nos liens. Que faire ? Notre pays a également su se remettre en cause pour attirer les projets les plus prometteurs, notamment grâce au Crédit Impôt Recherche et aux INVESTISSEMENTS d’Avenir. D’après Antonio Fiori, 60% des étudiants cherchant à rentrer dans le supérieur ne peuvent s’y insérer faute de place, et ceux ne pouvant s’offrir un diplôme dans une université privée sont donc laissés sur le carreau. Pour les Européens, il ne fait aucun doute que le pragmatisme des Britanniques l’emportera. Parfois nos décideurs vont très loin pour prévenir des risques qui angoissent une partie de la population, comme dans le cas de la vache folle, des vaccins contre la grippe A (H1N1) ou des antennes relais. Ces bourses permettront à tous les jeunes que la crise malmène, de prendre un nombre suffisant de leçons de conduite et ne pas devenir les premières victimes de la mort au volant. On verrait que chacun d’eux exprime, plus encore que ne fait l’image, une comparaison entre l’objet et ceux qui lui ressemblent. La rapidité de ce ralentissement souligne la fragilité du boom du pétrole de schiste, et sa dépendance à un prix du baril élevé. Le principe est inspiré du protocole de Kyoto : chaque fournisseur d’énergie se voit fixer par l’Etat un objectif d’économies d’énergie proportionnel à son activité nationale, à réaliser en trois ans sur le territoire français. Or le rire est simplement l’effet d’un mécanisme monté en nous par la nature, ou, ce qui revient à peu près au même, par une très longue habitude de la vie sociale. Ainsi, toutes les fois que j’accole un « non » à une affirmation, toutes les fois que je nie, j’accomplis deux actes bien déterminés : 1º je m’intéresse à ce qu’affirme un de mes semblables, ou à ce qu’il allait dire, ou à ce qu’aurait pu dire un autre moi que je préviens ; 2º j’annonce qu’une seconde affirmation, dont je ne spécifie pas le contenu, devra être substituée à celle que je trouve devant moi. A l’heure actuelle, seule une faible proportion des données collectées par l’internet des objets est utilisée, et n’est appliquée que de manière basique – par exemple pour détecter des anomalies de fonctionnement de machines. Si le subtil Draghi n’imagine pas que sa politique monétaire va soutenir l’investissement, si la dépréciation de l’euro a d’autres causes profondes et si le danger de déflation n’est vraiment pas si aigu, qu’a-t-il derrière la tête ?

Publicités