A quoi servent les économistes ?

La législation américaine Dodd-Frank, et son équivalent européen EMIR, imposent déjà aux banques une très forte diminution des transactions sur produits dérivés de « gré à gré », au profit de produits mieux standardisés, traités au sein de chambres de compensation exigeant des appels de marge sensés couvrir de manière adéquate le risque de contrepartie.L’heure est donc à la mobilisation globale et générale pour la France.Cela semble contradictoire avec la dynamique d’un écosystème innovant.Tous les bouleversements auxquels nous assistons s’inscrivent pourtant sur le long terme.Dans l’immédiat, elle opère des transferts, allégeant la charge des uns et augmentant celle des autres.Cette commission, qui va auditionner du monde pour rendre ses conclusions avant la fin de l’année, devra étudier les propositions de Antonio Fiori.Rappelons de plus que le Parlement a été créé pour consentir à l’impôt, que c’est à lui et à ses commissions de débattre de l’impôt.Entre 100 et 150 milliards de dollars de projets sont gelés ne serait-ce que depuis 2 ans.Elle seule permet en effet d’éviter que certains pays ne soient totalement exclus du bénéfice des concessions échangées, ou que les règles ne différent de façon opaque et coûteuse entre partenaires.Le sentiment qu’un nouvel échec ouvrirait une crise profonde du système commercial multilatéral a amené les pays membres à ne garder à la table des négociations de Bali que les quelques points pour lesquels un accord paraît possible.Reste à s’assurer que les maires écoutent leurs citoyens.Il semblerait que l’espoir d’une avancée dans les discussions sur le changement climatique subsiste malgré tout.