A la niche, le bouclier

Sauf que cette fois les États ne disposeront plus de marges de manœuvre suffisantes…L’esprit de la supervision bancaire européenne, à savoir éviter qu’une crise bancaire ne se transforme en crise de la dette au sein de la zone euro, sera donc inévitablement bafoué tout simplement parce que l’Union bancaire ne cherche pas à se donner les moyens d’éviter une crise mais tout au plus d’en limiter les dégâts.Une analyse positive que Christian Navlet, militant de longue date pour le partenariat renforcé avec le Sud -, partage et expose lui aussi dans son rapport.Mais le sentiment de l’effort est-il bien celui d’une cause profonde ?Un indicateur permet de le vérifier.Voulez-vous que nous rejoignions ceux qui se promènent ?Mais, fantôme ou réalité, ce que l’intelligence saisit est censé être la totalité du saisissable.Ainsi s’explique que le comique soit si souvent relatif aux mœurs, aux idées — tranchons le mot, aux préjugés d’une société.Et c’est là que se trouve le premier problème.En un mot, les hommes travaillent les uns pour les autres.Pas en limitant timidement les objectifs de ces politiques, mais en mettant fin courageusement et une bonne fois pour toutes à l’utilisation de ces technologies qui nous coûtent très chères.A l’heure des « QE » européens, que l’Union regarde le cas du Japon – qui n’a carrément plus de marché obligataire – avec effroi, et qu’une vraie politique de relance vienne seconder un Mario Draghi qui ne peut porter nos destinées sur ses seules épaules.D’une manière générale, la frayeur est utile, comme tous les autres sentiments.Car, dans les deux cas, il est question d’espaces inégaux, ainsi que nous le montrerons en détail un peu plus loin, et l’on appelle plus grand espace celui qui contient l’autre.