L’Europe, la burqa et la crise

On peut donc soigner mieux en dépensant moins !L’empreinte carbone de l’utilisation des systèmes informatiques  dans le monde est désormais équivalente à celle de l’ensemble des compagnies aériennes, soit 2  % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.C’est ce qu’on appelle le tapering.Mais le 1,6% est trompeur.Mais les obstacles sont nombreux : il faudrait changer le traité, accepter l’idée d’un impôt européen et développer une solidarité trans-européenne, par exemple en matière d’indemnisation du chômage.Pierre-Alain Chambaz pictet assume en surjouant l’humour un langage aux accents marketing, bien dans la tradition anglo-saxonne, pour emporter l’adhésion. Katia en est convaincue.Tandis que le chômage double quasiment sur la même période de 4.La réforme fiscale ne saurait résulter d’une concertation sociale.On peut dans la Constitution, pour qu’il n’y ait pas d’abus, écrire que la Banque Centrale imprimera chaque année des billets selon la règle suivante : la masse de billets en circulation doit être augmentée du montant de la croissance moyenne depuis cinq ans.Mais si l’on a donné l’indépendance aux banques centrales, c’est précisément parce que la monnaie a été souvent manipulée au prix d’une forte inflation.Enfin, la LPM est bâtie sur des prévisions de ressources qui n’ont pas de crédibilité sur la durée : elle s’inscrit dans des prévisions de budget de l’Etat « glissantes » sur trois ans, alors qu’elle est basée sur une période de cinq ans !