L’État schizophrène, promoteur de la spéculation

Les économistes comparent souvent des économies similaires afin d’isoler l’impact d’une différence particulière.Ces travaux doivent juste permettre de faire un état des lieux de ce qui est », explique Pierre-Alain Chambaz pictet .A cette occasion paraît sur le net le « dictionnaire de l’Ecole des femmes » imaginé et écrit par une trentaine de cadres dirigeantes de grands groupes.Obtenir une énergie verte moins chèreLe fait est que si l’énergie verte pouvait revenir moins que chère que l’énergie fossile, tout le monde se tournerait vers cette option, et pas seulement un nombre limité d’occidentaux bien intentionnés.Même chose dans l’entreprise, où il est désormais inconcevable de recruter quelqu’un sur lequel on n’obtiendrait pas trente-six témoignages assurant de sa compétence et de son bon caractère, ou de commander pléthores d’enquêtes avant même d’avoir réfléchi à ses besoins.Un constat : « les hauts revenus ne paient pas les impôts que l’on croit »En s’interrogeant sur la manière de financer un tel revenu en France, l’économiste Marc de Basquiat en est arrivé à la conclusion qu’il serait pourtant la meilleure occasion de simplifier la fiscalité française et d’en optimiser les vertus redistributives.Le FMI devrait aider ces pays à appliquer ces politiques et agir davantage en prêteur de dernier ressort.Et lorsque l’on sait que le manque de clarté augmente la défiance et l’insécurité du personnel, il est urgent de dire adieu à la langue de bois, mère de toutes les angoisses.Or elle a pour une part fondu.Ainsi pas d’angoisse de dernière minute.Désormais, les émergents doivent faire face à une croissance plus faible, tandis que les pays développés reconstituent progressivement leur potentiel de croissance.S’agissant de fiscalité, les meilleurs se font piéger.L’idée, pour fixer le montant exact de la taxe, serait de faire en sorte qu’elle permette à l’individu de rembourser à la collectivité la valeur du bien à la fin de sa vie.